If you continue to browse this website, you accept third-party cookies used to offer you videos, social sharing buttons, contents from social platforms..
OK, accept all
Personalize
Please check an answer for every question.
Deny everything
Allow everything
We use cookies to personalise content, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use on our site with our socal media and analytics partners who may combine it with other information that you've provided to them or that they've collected from your use of their services.

L'entreprise lauréate Cold Pad à l'OTC Houston 2018

Parmi les dix entreprises françaises invitées par Total Développement Régional à l’OTC Houston 2018 (Offshore Technology Conference), la société Cold Pad (lauréate 2012) nous a gratifiés de sa présence, avec pour ambition la conquête de nouveaux marchés à l’international.

Son directeur commercial, Christophe Paillusseau, nous raconte son expérience.

 

  • Qu’est ce qui fait de Cold Pad une entreprise innovante ?

« Cold Pad a développé une technologie unique autour du collage structural fiabilisé pour les plateformes pétrolières.

Lorsqu’un FPSO (Floating Production Storage and Offloading / environnement explosif à hauts risques), vieillit et commence à se corroder, il est nécessaire d’entamer des travaux de réparation ou « d’asset integrity ». Ces travaux de réparation s’effectuent d’habitude à partir de travaux dits « à chaud » comme le meulage ou le soudage, ce qui engendre une problématique de compromis entre la sécurité et la production. Un choix doit alors se faire entre privilégier la sécurité ou continuer la production.

Nos solutions permettent d’éviter ce choix : en travaillant à froid, il est possible de produire tout en réparant dans les meilleures conditions de sécurité. C’est l’innovation première que Cold Pad a apportée avec l’aide de Total Développement Régional. Le premier produit qui s’appelle ColdShieldTM est actuellement mis en œuvre sur le pont de Girassol en Angola. Ce produit est le résultat d’un co-développement avec Total et l’IFP Energies nouvelles. »

 

  • Aujourd’hui, continuez-vous toujours à innover ?

« Bien sûr, nous continuons à innover puisque nous avons lancé un second produit l’été dernier qui s’appelle « C-ClawTM », un connecteur mécanique collable pour la  maintenance de l’outfitting, c’est-à-dire des éléments non-structurels (supports de chemin de câbles, de pipe support, d’échelles, de garde-corps…), sur les FPSO ou plateformes offshore.

Nous travaillons notamment avec le département TEC/PVV (Piping Valves & Vessels) de Total sur l’extension de vie des appareils à pression depuis septembre 2017 et nous devrions arriver au terme du projet en mars-avril 2019. Au-delà de ces projets à court terme, nous venons de lancer un nouveau co-développement pour les applications sur béton avec un autre grand énergéticien. »

C-Claw.png
  • Comment avez-vous connu Total Développement Régional ? De quelle manière avez-vous pu bénéficier de son soutien ? Avez-vous pu remplir vos objectifs grâce à cette aide ?

« Le fondateur de Cold Pad est en fait un ancien collaborateur du département Technique de Total. Trouvant anormal le fait de dépenser autant d’argent dans les travaux de maintenance offshore, il s’est inspiré d’autres environnements comme celui de l’aéronautique ou de l’automobile pour trouver son idée originale : la marinisation du collage structural.

Pour son financement, il est naturellement allé voir Total qui lui a octroyé un prêt pour sa société Cold Pad et s’est également rapproché de Total Développement Régional afin de voir les subventions et prêts qui étaient envisageables. Nous avons été lauréats en 2012 et nous projetons de présenter un nouveau dossier à Total Développement Régional concernant notre second produit C-Claw.

En termes de création d’emplois, nous sommes passés d’une seule personne à 14 collaborateurs aux profils majoritairement techniques comme des architectes navals, des ingénieurs structures ou des ingénieurs matériaux. »

 

  • Était-ce votre première participation à l’OTC Houston ? Que représente cet évènement à l’échelle d’une entreprise comme Cold Pad ?

« Nous avions déjà participé à l’OTC Houston l’année dernière et il y a 2 ans car Total Développement Régional nous y avait invité.

L’OTC Houston est « La Mecque » de l’offshore pétrolier, c’est l’endroit où toute l’industrie se rassemble durant 4 jours et il est important d’avoir un point de ralliement pour parler à nos clients. Cold Pad étant une petite société, elle a besoin d’éduquer son marché mais il n’est pas toujours évident pour une PME d’organiser des salons. Le fait que Total Développement Régional nous prenne par la main et nous permette d’avoir un lieu où rencontrer nos clients est extrêmement utile. »

 

Cold Pad OTC Houston 2018 - Stands

 

 

  • Quelles ont été vos retombées suite à vos participations à l’OTC Houston 2017 et 2018 ? Avez-vous réellement ressenti l’impact que cela a eu sur votre entreprise ?

« Les retombées ont été positives et nous comptons d’ailleurs y retourner l’année prochaine. Chaque année nous constatons des effets sur notre activité.

Lorsque l’on travaille sur la coque d’un navire comme un FPSO, il ne suffit pas d’avoir des clients, il faut également qu’une société de classification donne son accord. Il existe quatre sociétés de classe majeures : le Bureau Veritas, l’American Bureau Shipping (ABS), le DNV GL et le Lloyd’s Register. En 2017, nous avions eu l’accord de Bureau Veritas et de l’ABS et en 2018, nous avons eu l’approbation de DNV GL et de Lloyd’s Register. Nous avons d’ailleurs profité de l’OTC pour avoir une remise du certificat de DNV GL sur leur stand en présence de Jean-Hervé Morard, le vice-président adjoint Deepwater chez Total. »

 

Cold Pad OTC Houston 2018 - Remise de certificat DNV GL

 

 

  • Quels ont été vos retours d’expérience suite à la mission collective proposée par Total d’une part, et vis-à-vis des différents contacts que vous avez pu obtenir d’autre part ?

« Les retombées ont été positives et nous comptons d’ailleurs y retourner l’année prochaine. Chaque année nous constatons des effets sur notre activité.

Lorsque l’on travaille sur la coque d’un navire comme un FPSO, il ne suffit pas d’avoir des clients, il faut également qu’une société de classification donne son accord. Il existe quatre sociétés de classe majeures : le Bureau Veritas, l’American Bureau Shipping (ABS), le DNV GL et le Lloyd’s Register. En 2017, nous avions eu l’accord de Bureau Veritas et de l’ABS et en 2018, nous avons eu l’approbation de DNV GL et de Lloyd’s Register. Nous avons d’ailleurs profité de l’OTC pour avoir une remise du certificat de DNV GL sur leur stand en présence de Jean-Hervé Morard, le vice-président adjoint Deepwater chez Total. »

 

  • Quelles autres relations entretenez-vous avec le Groupe Total ?

« Un contrat est actuellement en cours avec Total EP Angola dans le cadre de la réparation du pont de Girassol.

De plus, le 2 juillet dernier, une délégation de Total Deepwater est venue visiter une usine où l’on assemble les produits qui seront envoyés en Angola. Nous avons profité de l’occasion pour faire une démonstration du nouveau produit que nous allons lancer. »

 

  • Avez-vous d’autres grands projets prévus dans les prochains mois ? Comment envisagez-vous l’évolution de Cold Pad ?

« Des contrats sont actuellement en cours de négociation avec trois autres opérateurs dont deux contrats au Brésil et un autre en Afrique de l’ouest. En termes de croissance, nous continuons de progresser.

Nous avons remboursé la totalité de notre prêt auprès de Total Développement Régional au mois de juin dernier, nous sommes très reconnaissants envers eux. Les locaux s’agrandissent et nous prévoyons également de recruter.

L’offre proposée par Total Développement Régional pour une entreprise comme la nôtre est une réelle opportunité, un grand merci à Total Développement Régional ! »