En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Ok, tout accepter
Personnaliser
Please check an answer for every question.
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, fournir des fonctionnalités et analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires médiatiques et analytiques, qui peuvent les combiner avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont recueillies lors de votre utilisation de leurs services

De l'argile à la place du béton ?

Un projet innovant en Vendée, soutenu par TDR, aux côtés d’AIRBUS Développement et MICHELIN Développement.

Tout le monde en Vendée connaît GILLAIZEAU, une briqueterie créée au XIXème siècle, et dont les produits sont particulièrement appréciés des architectes et artisans pour la rénovation du patrimoine.

Julien Blanchard, son jeune PDG, a repris l’entreprise en 2006, puis a développé sous la marque ARGILUS une gamme d’enduits, colles et mortiers à base d’argile et de produits naturels, qui a rapidement connu un grand succès. Sa rencontre avec un ingénieur chimiste qui s’intéresse à l’argile conduit à une innovation étonnante, dénommée HP2A.

argilus-470-x-255.jpg

Il s’agit d’un procédé innovant permettant de « cuire » l’argile à froid, par activation alcaline. Le résultat : un matériau de construction à base d’argile, aussi solide au moins que le béton, mais beaucoup plus écologique, puisqu’aucun chauffage n’est requis, et que le sable sec des déserts remplace dans la fabrication de ce matériau le sable marin, nécessaire au procédé du ciment Portland, précurseur du béton.

Julien Blanchard décide alors de créer la société ARGILUS, reprenant le nom de marque maintenant connu, pour y loger les produits correspondants, afin de dédier les forces vives de GILLAIZEAU au projet HP2A, pour transformer l’essai et industrialiser l’innovation. C’est là que TDR est intervenu, en soutenant la création de la société ARGILUS via un Prêt à taux zéro.

Dans le même temps, une coordination se mettait en place avec AIRBUS et MICHELIN, qui ont déployé simultanément leur dispositif de prêt, afin qu’ensemble nous créions un effet de levier pour accélérer le développement de l’innovation.